L'arbre de mai

Le mois de mai est depuis toujours le mois des fêtes en l’honneur du renouveau de la végétation et l’arbre symbolise les forces de la nature. Des fêtes traditionnelles issues du culte païen, existaient dans toute l’Europe, elles subsistent en Allemagne, en Belgique et dans quelques régions de France : Alsace, Landes… Au fil des siècles, elles se sont transformées.

En Occitanie on plantait un arbre de mai, en l’honneur des nouveaux élus locaux. Les concitoyens allaient chercher un arbre dans la forêt, ils le décoraient de drapeaux, de rubans et d’une pancarte portant l’inscription « Honneur à notre élu ». L’arbre, remplacé parfois par un simple mât, était dressé devant la maison de l’élu, celui-ci, en remerciement, devait régaler ses électeurs.

Cette coutume est encore vivante dans certains départements : le Lot, la Dordogne, la Corrèze.

Arbre de mai

 

Cette photo datant du 27 mai 1888, montre l’arbre de mai élevé en l’honneur du nouveau maire René Larrieu élu le 6 mai 1888. Il avait recueilli 139 voix sur 213 votants et 234 inscrits. Le nouveau conseil municipal s’était réuni pour la première fois le matin même.

Sur la photo prise dans la cour du Prieuré, on peut voir le mât portant des drapeaux, devant la demeure de René Larrieu. Les élus sont dans l’angle de la cour, on peut distinguer, à leurs côtés, des dames élégantes (les épouses des élus) et une fillette en robe longue à volants.

 

 

 

On peut voir encore aujourd’hui sur le mur sud de la cour du prieuré un anneau qui soutenait certainement ce mât.

Ce document historique nous fait découvrir que le pan coupé construit dans l’angle sud de la cour n’existait pas, cette demie-tourelle est donc postérieure à 1888.

 

sceau copyright