La chevauchée de Blaise de Monluc à Moirax en 1569



Cet épisode historique  se situe pendant les guerres de religion qui ont agité la France au XVIème siècle.

 

Deux chefs des armées protestantes, Coligny et Mongoméry, menaçaient la région d’Agen, avec leurs troupes. Le premier était basé entre Aiguillon et Villeneuve-sur-Lot, le deuxième occupait Condom.

Lorsqu’on apprit ces nouvelles, l’inquiétude fut vive dans Agen, car cette ville n’avait pas de murailles et ne pouvait opposer une grande résistance à l’envahisseur. Monluc qui  « à lui seul valait une armée, » vint à Agen relever tous les courages et organiser la défense.

On était en novembre 1569, Mongoméry quitta Condom pour se diriger vers Moirax, afin de « donner une camisade* » au capitaine Cadreils chargé par Monluc de défendre Moirax, avec « vingt-cinq sallades* et vingt-cinq arquebouziers.* »

Monluc dit dans ses Commentaires* que « Moyrax est un petit village fermé de murailles que la plus haute on y monterait avec une eschelle de douze escallons.* »Les remparts

Mongoméry arriva une demi-heure avant le lever du jour. A Agen, Monluc en fut averti. Or il se trouve qu’il avait pris un clystère* qui n’avait pas encore fait son effet. Sur le champ, il revêt son armure, saute à cheval et va passer la Garonne, suivis des Gentilshommes de sa Compagnie qui ont du mal à le suivre.

Il se retrouve « seul avec quatre chevaux » sur l’autre rive, aux portes de la Gascogne et donne à toute bride jusqu’à Moyrax qui est, écrit-il, à « une lieue » (environ 4 kilomètres.)

Il ajoute : « Si M.de Mongoméry avait envoyé seulement dix ou douze chevaux sur le chemin d’Agen à Moyrax, j’étais pris ou mort ; mais il faut parfois tenter la fortune et faire le soldat : l’ennemi ne sait pas ce que vous faites. »

Lorsqu’il arriva à Moyrax, Mongoméry avait quitté la place en laissant les échelles au pied de la muraille.

Monluc s’en retourna à Agen. Et les médecins furent contraints de lui administrer un autre clystère pour évacuer le premier. Monluc écrit qu’il fut obligé de rester deux jours sans quitter le lit…

 Petit lexique:

*Une camisade : attaque de nuit où les soldats revêtaient une chemise blanche pour se reconnaître.

*Sallade ou salade : sorte de casque du XVème siècle et nom des soldats qui le portaient.

*Arquebouzier ou  arquebusier : fantassin ou cavalier armé d’une arquebuse, première arme à feu.

*Eschelle de douze escallons : échelle à douze échelons.

*Clystère : lavement, injection d’un liquide dans le gros intestin.

 

Qui était Blaise de Monluc ?

Guerrier infatigable et seigneur du château d’Estillac, Blaise de Monluc vécut de 1500 à 1577. Il fut le chef des armées catholiques, chargé par la reine Catherine de Médicis de la répression contre les protestants dans le Sud-Ouest. A 70 ans, il entreprit d’écrire ses mémoires : les Commentaires, une œuvre littéraire riche en détails concrets qui constitue une mine de renseignements pour les historiens.

 

Blaise de monluc
×