La fondation du Prieuré

Au milieu du 11ème siècle, Moirax était un petit hameau, perdu dans l'immense forêt du Brulhois et situé sur une ancienne voie romaine, appelée La Peyrigne.

Le seigneur de Moyracho, Guillaume Arnaud, homme de guerre, décida, pour acheter le salut de son âme, de donner une partie de son domaine à l'Eglise. Il s'adressa au prieur de l'abbaye bénédictine de Cluny, l'ordre monastique le plus important d'Europe Occidentale.

Moirax était situé sur un itinéraire du pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle et commandait un gué à péage sur la Garonne. La proposition intéressa donc le prieur.

La charte de donation fut signée en 1049, Guillaume Arnaud entra dans les ordres et son fils, Pierre, devint le premier prieur de Moirax.

La construction de l’église, entrecoupée de querelles familiales, s’étendit sur un siècle, de 1060 à 1140.

Le cartulaire en parchemin de l’acte de fondation fut conservé à Cluny. On possède donc ce texte: une longue énumération des biens offerts par Guillaume au monastère de Cluny, suivie des signatures des personnages témoins. Il commence par ces mots qui sont une vraie leçon de sagesse:

« Dans la course rapide de ce monde, la condition de la vie humaine est d’approcher  vers son terme. Si l’homme reste indifférent à la première et à la troisième heure, même à la sixième et à la neuvième, du moins quand il approche de la onzième heure, alors que la cognée est déjà à la racine de l’arbre, qu’il réfléchisse dans le Seigneur […]Tu seras sauvé si tu sais fouler aux pieds les biens fragiles de ce monde, ces biens périssables qui n’ont d’autre perspective que la nuit du tombeau. […] Souviens-toi du précepte de Tobie à son fils: si tu as beaucoup, donne beaucoup, si tu as peu, donne peu, mais toujours avec joie. »

 

Le Prieur Pierre, peinture anonyme
×